Comprendre le fétichisme avec Luis Buñuel

Comprendre le fétichisme avec Luis Buñuel

Por: Yann Bultez -

Nous sommes tous fétichistes. De fait, chaque individu est attiré par una partie de son corps et plus particulièrement par une ou différentes parties du corps des autres. Il ne devrait pas y avoir de tabou, et c'est pour ça que Luis Buñuel dans ses réalisations surréalistes, imagina des histoires dans lesquelles ses préférences corporelles, sensuelles et sexuelles apparaissent.

bunuel

L'age d'Or (1930)

 Il divulga ses goûts pour les pieds dans quelques films présentés dans la vidéo. C'est à dire L'âge d'Or conçu avec Salvador Dalí en 1930, Tourments en 1953, Viridiana en 1961 et pour terminer Le Journal d'une femme de chambre en 1964.

 image (1)

Tourments (1953)

 Quelques oeuvres furent interdites, parce que ce que presenta l'artiste ne furent pas acceptées par certaines institutions, considérées comme de mauvais goût. Au contraire, il n'y avait pas de provocation dans l'oeuvre de celui-ci, seulement l'évocation et la démonstration de la normalité du comportement, vécu au quotidien par tous. Il fut nécessaire de montrer à la population une chose qu'elle exerce de manière courante, si évidente dans l'agissement humaine que les gens ne se rendent pas compte de leurs propres réalités. Le fétichisme exprime nos émotions, les choses qui nous touchent parce que dans nos constructions individuelles nous suivons avec le regard ce qui nous parait beau. Accepter le fétichisme c'est s'accepter soi-même, sa complexité, et son droit d'opiner, d'exister.

 image

Tourments (1953)

 En chacun, le fétichisme es instinctif, par exemple regarder les fesses de quelqu'un. Ajoutons que peut apparaitre un fétichisme extérieur, dans la rue, et un fétichisme intérieur, dans la maison. Ils peuvent être les mêmes, différents ou encore se compléter. Autrement dit, il peut y avoir un fétichisme selon les situations.


viridiana3

Viridiana (1961)

 Le fétichisme est un équilibre. Quand tu sort de la limite construisant tes goûts personnels, ton individualité et que tu violes celle de l'autre il s'agit d'une perversion. De cette manière, Buñuel nous permet de comprendre la signification du fétichisme selon les genres. Il nous enseigne que nous avons tous un gout pour les parties du corps d'une certaine personne. Il avait un goût pour les pieds des femmes; petits, délicats et mignons. Et également pour les chaussures qui exhibent la beauté des pieds et ensuite du corps vivant, animé des femmes.

 journal dun femme de chambre

Le journal d'une femme de chambre (1964)

 Définitivement il est plus rare d'aimer les pieds. C'est par l'expérience qu'est susceptible de nous plaire cette partie du corps. Parler de cela c'est simplement montrer ses goûts, et cela ne permet pas d'entrer dans l'intimité, dans l'instant, dans l'amour que nous portons pour ceux que nous aimons.  Si nous pouvions parler de sensualité et de sexualité de façon libre? C'est notre nouveau dessein, la libération des émotions. Si nous pouvions parler de ventre féminin?, d'un ventre doux, brûlant et accueillant, d'un ventre génital préservant le chemin utérin, reservé à tous les plaisirs, d'un ventre que la réalité ne peut décrire, d'un ventre surréaliste, d'un ventre autel de l'amour. 



Versión del texto en español aquí

Referencias: